Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 janvier 2014

Deuil d'une illusion

 Oui, certains d'entre nous ont été exaltés dans des trains qui filaient sur des rails. Oui, le train ressemble à la liberté (il fait moins peur que l'avion), il nous emporte, son bruit nous berce, nous rêvons par la fenêtre, peut-être que quelquefois nous allumons un ordinateur vierge et que l'écriture qui coule diffère de tout ce que nos doigts avaient composé jusqu'alors.

Mais au cours d'un certain voyage, j'ai lu un article dans un livre sans intérêt sur un homme nommé Max d'Ollone, un musicien qui composa quelques opéras, tels Jean, le Retour, L’Étrangère. Sur le plan technique, il rédigea un ouvrage intitulé Le langage musical. Il vécut entre 1875 et 1959.

Au cours d'un autre voyage, j'ai découvert la Déclaration d'indépendance du Cyberespace, écrite à Davos par John Perry Barlow en 1996. Elle commence ainsi :

« Gouvernements du monde industriel, géants fatigués de chair et d'acier, je viens du cyberespace, nouvelle demeure de l'esprit. Au nom de l'avenir, je vous demande, à vous qui êtes du passé, de nous laisser tranquilles. Vous n'êtes pas les bienvenus parmi nous. Vous n'avez aucun droit de souveraineté sur nos lieux de rencontre.

Nous n'avons pas de gouvernement élu et nous ne sommes pas près d'en avoir un, aussi je m'adresse à vous avec la seule autorité que donne la liberté elle-même lorsqu'elle s'exprime. Je déclare que l'espace social global que nous construisons est indépendant, par nature, de la tyrannie que vous cherchez à nous imposer. Vous n'avez pas le droit moral de nous donner des ordres et vous ne disposez d'aucun moyen de contrainte que nous ayons de vraies raisons de craindre.

Les gouvernements tirent leur pouvoir légitime du consentement des gouvernés. Vous ne nous l'avez pas demandé et nous ne vous l'avons pas donné. Vous n'avez pas été conviés ».

Just a perfect day, chantait Lou Reed, et c'est parfois vrai des jours où nous prenons le train. Mais pourquoi ai-je les larmes aux yeux en écrivant ces lignes ? Parce que j'ai trente-cinq ans, comme je pourrais en avoir seize ou quatre-vingt-douze. La vie dépasse mon entendement. Mon propre être m'est hermétique : qu'y comprends-je ?

Un crooner de notre époque chante dans des micros :

Par les escalators s'en vont les voyageurs
Pâles Conquistadors aux premières lueurs

Je n'ai jamais aimé l'entrée des villes, car j'ai vécu à l'époque du béton, de la ferraille et des graffitis sans élégance. Quand les trains entrent en ville, c'est la laideur du monde qui se rappelle à notre trop bon souvenir.

Je m'en vais bien avant l'heure
Je m'en vais bien avant de te trahir...

C'est une chanson entendue dans un supermarché breton qui revient – c'était à Saint-Brieuc et je hantais la ville sur les traces d'une vieille famille de l'Ouest : des tantes catholiques entrées dans des couvents car dernières d'une trop longue fratrie ou devenues veuves. Je portais des blue-jeans et des chandails à col roulé sur les traces de ces femmes en longues robes bleu-marine.

Je m'en vais en te voyant sourire.

Plus l’État est puissant, plus la famille décline ; mais si l’État décline, la famille se déploie. Plus la tradition est respectée, plus la pensée est libre. Mais s'il n'y a plus ni homme, ni femme, ni jeune, ni vieux, ni monogamie, ni armée, ni prières, alors la pensée devient surveillée par les tours de contrôle et les sentinelles du Palais de l'Administration.

Je n'ai aimé que toi. Je t'embrasse jusqu'à en mourir.

Oh, tu me crois amère ; tu lis dans mes yeux l'aigre des dépit des enfants qui ont cru, des adolescents qui découvrent, des adultes qui renoncent. Tu me crois démunie, tu me crois triste, tu lis mes phrases et tu dis : son cœur saigne le fiel.

Le fiel ? Non, toi qui me lis, toi qui m'écoutes et que je ne connais pas, toi dont j'ignore la présence, toi qui me juge, j'ai laissé mon fiel couler jusqu'à la fin de la plaie, dans une vieille église du septième arrondissement de Paris. Et depuis, crois-moi, le chant des oiseaux me suffit.

C'était dans un dernier train, ç’aurait pu être le dernier train du monde, mais c'était le dernier train du jour. Il faisait nuit. J'imaginais par les vitres noires des chiens et des loups dans des forêts noires, j'imaginais le vieil ours d'Europe, brun avec sa bosse sur le cou. Le poème d'un vieux prêtre breton parti au Québec et la musique d'un gentil guitariste d'origine grecque frappaient les tambours de mes organes, tiraient les cordes de mes tripes. Le tango était beau, le souffle profond, la nuit rapide, le train ultime.

C'était le grand retour des Sortilèges

 

lundi, 06 janvier 2014

Québec : l'accent d'une pensée

Francis Dupuis-Déri parle de son livre "Démocratie, l'histoire d'un malentendu".

(Francis Dupuis-Déri et sa soeur ont échangé via le journal Le Devoir deux lettres d'amour fraternel et de désaccord politique profond, lui sa Lettre à ma sœur militaire qui part en Afghanistan, elle sa Réponse à mon frère qui s'oppose à mon déploiement en Afghanistan).

Quant à Normand Baillargeon, il s'exprime sur la réédition de Propaganda d'Edward Bernays, neveu de Freud et père des relations publiques :


Extrait Chomsky et Cie : Normand Baillargeon par sijysuis

dimanche, 05 janvier 2014

Les diamants et la rouille, énième version

 

Tu vois quelqu'un que tu appréciais tant – en dépit de quelques piques, de malentendus – s'éloigner vers un autre monde. Peu à peu ses idées ramollissent, ses principes se distendent, de nouvelles barrières linguistiques et matérielles, imperceptiblement, se dressent entre lui et toi, entre lui et vous, entre lui et les autres. Il a rencontré quelqu'un, il va s'installer avec elle. Tu ne le vois plus jamais seul : il y a toujours cette présence obsédante d'une femme – ou d'un homme – que tu n'as pas choisi et qui s'interpose dans les interstices avant même que les conversations traditionnelles puissent éclore. Tout est mort entre vous, mais cela ne se voit pas. L'amitié n'est plus qu'une coquille vide. Car la personne en face est ailleurs, au fond elle n'est plus elle-même. Elle n'est plus en tout cas celle que tu connaissais.

 

Dans notre société où tout est libre, où rien de notre destin n'est écrit ni prévu à l'avance, la solitude et l'angoisse qui s'emparent des adultes lâchés dans ce monde sont abismales. La concurrence rude entre les « amis », le devoir d'afficher les éléments visibles et mesurables d'une vie professionnelle, sociale et affective réussie, nous pousse à, coûte que coûte, trouver une solution. Bien souvent, la solution, c'est quelqu'un d'autre. Quelqu'un dont on n'a pas rêvé ; quelqu'un qu'on a trouvé. Quelqu'un pour qui il faut bien écraser deux ou trois choses essentielles de soi. Quelqu'un qui est dans la même situation de soi, et qui écrase également deux ou trois choses de lui. Après, cela dure quelques temps ou très longtemps. Des enfants naissent peut-être. Des rêves s'effacent. Il faut bien vivre.

 

samedi, 04 janvier 2014

Cold Rock du linoléum

 

Si tu viens par ici pour te prendre une grosse claque dans la gueule c'est mort parce que ce blog bouge comme une limace, lentement et mollement, et pourtant il y a une envie de radicalité rock, voire punk quelque part dans ces pages, dans certains de ces billets, ceux peut-être composés comme une symphonie de la tristesse métallique sous un ciel bas et lourd, gris d'après la pluie. Il y a ce désir de brûler, de faire des étincelles, de frapper fort et cette sorte de pudeur bizarroïde qui ressemble à de la timidité mais qui, en fait, se rapproche de l'orgueil de l'aigle : surtout planer au-dessus de tout ce qui vous prend vite et fort, parce que c'est trop facile de baigner dans les tripes de tout le monde. Cela vous paraît inclair, mal-limpide, vous ne savez plus où aller. Nous ne savons plus que faire au milieu de ce monde même pas en ruines. Hier est presque complètement détruit, demain n'existe pas. Aujourd'hui ? Un horizon d'incertitudes sans forme, au milieu duquel personne ne peut dire quelle route il faut prendre pour arriver quelque part... Mais, piano et batterie résonnent peut-être dans un des appartements de l'un des immeubles qui donnent sur la cour de la fenêtre près de laquelle vous êtes assis. Une ballade commence, qui vous fait renoncer à cette balade vaguement prévue jusqu'à la Seine. Vous pensez à la nuit qui viendra bien ce soir, avec ses sempiternelles insomnies. Tu prends l'escalator du rêve, tu ne sais même pas pourquoi. Tu décrépis, tu hantes tes propres souvenirs. Tu as repris le train trop vite.

 

 

vendredi, 03 janvier 2014

5 livres au hasard

Je ne savais plus quoi écrire et j'avais besoin d'écrire quelque chose, ou bien de lire. J'ai tendu le bras vers l'étagère où Frédérique m'avait déposé, en vrac, quelques dizaines de livres ayant appartenu à l'ami enfui. En fait, la plupart avait appartenu à son père, qu'il avait peu connu. J'ai pris cinq livres au hasard dans mes mains. Je les ai apportés près de mon ordinateur et je me suis demandé ce que cela ferait de lire les premiers paragraphes de chacun de ces livres. D'abord, j'ai contemplé les couvertures et les titres :

 

La révolte des pierres, de Léon Groc. Editions de la Nouvelle Revue Critique 1930 

Le procès de Charles Maurras – compte rendu sténographique. Editions Albin Michel 1946

La torture – son histoire – son abolition – sa réapparition au XX°siècle, d'Alec Mellor. Editions Les Horizons Littéraires 1949

Alice et la dame du lac, de Caroline Quine. Traduction d'Anne Joba pour La Bibliothèque verte, 1975 (éditions américaine 1972)

Aziyadé, de Pierre Loti. Collection Pourpre, 1946 (édition originale 1879)

 

Eh bien, maintenant que vous connaissez les titres de ce bouquet cueilli au hasard, suivez-moi à travers les ouvertures de ces ouvrages :

 

La révolte des pierres, de Léon Groc. Editions de la Nouvelle Revue Critique 1930

 

Chapitre Premier

Une pierre tombe du ciel

 

Tout le mal vint de ce maudit bolide... Je fus sans doute le premier à le voir. Dès son apparition, j'éprouvai une sorte d'angoisse. On eut dit que je pressentais les troubles qui devaient résulter de sa chute sur notre planète... En vérité, je lui en voulus tout d'abord de ce qu'il dérangea mon observation et me fit manquer de noter la seconde précise du dernier contact de l'éclipse... 

Mais je m'aperçois que j'ai omis de me présenter. Ceux qui liront ce manuscrit voudront bien me pardonner cette incorrection. Je ne suis pas écrivain. Il ne s'agit pas ici de faire œuvre littéraire, mais de renseigner mes contemporains sur les causes de ce que l'on a appelé « La Révolte des pierres »... Ce que j'ai appris, ce que j'ai déduit, ce que j'ai deviné, il faut que l'humanité toute entière en profite, y trouve les moyens de défense contre le retour d'un tel cataclysme... Toutefois, avant de continuer à mettre au clair les notes recueillies sur mon carnet, il sied que j'expose qui je suis – qui j'étais !...

On me nomme Armand Brissot... j'exerce – ou j'exerçais – la profession d'astronome-adjoint à l'observatoire de Paris. J'ai trente ans. Je ne suis pas beau. Mes amis prétendent que j'ai des yeux de poète ou d'enfant – ingénus ou clairs. Je crois que tous les astronomes ont ces yeux là. La contemplation du ciel, l'ignorance de tout ce qui est bas leur donnent la candeur du regard et la sérénité de l'âme... 

 

Et la dernière phrase de l'ouvrage : « Nous donnerons le nom de Robert au fils que nous espérons ... »

 

Le procès de Charles Maurras – compte rendu sténographique. Editions Albin Michel 1946

Audience du 24 janvier 1945

Le Président – Maurras, quels sont vos nom, prénoms, profession, où demeurez-vous, où êtes-vous né ?
Maurras – Je m'appelle Charles Marie Pothius Maurras. J'aurai soixante-dix)sept ans au mois d'avril prochain. Je suis écrivain français, membre de l'Académie Française : mon domicile actuel est chemin de Paradis, à Martigues (Bouches-du-Rhône) ; j'y suis né le 20 avril 1868.
M. Le Président, s'adressant à M. Pujo - Je vous pose la même question qu'à monsieur Maurras. 
M. Pujo – Pujo Marie Alexis, soixante-treize ans après-demain. Je suis co-directeur de l'Action Française. Mon domicile est 7, rue Pépinière à Paris. Né à Lorrez-le-Bocage (Seine-et-Marne) le 26 janvier 1872. 
M. Le Président – Soyez attentifs, vous allez entendre la lecture de l'exposé des motifs par M. le Greffier. 

Dernière phrase de l'ouvrage : « Pujo et Maurras ont été conduits, pour purger leur peine, à la prison de Riom ». 

 

La torture d'Alec Mellor. Editions Les Horizons Littéraires 1949 

 

Avant-Propos

La Torture a été abolie, en Occident, à la fin du XVIIIème siècle. Jusqu'à une époque toute récente, on pouvait tenir unanimement l'abolition pour définitive, et, en 1929 encore, le maître incontesté de la criminologie espagnole contemporaine, Q. Saldana, allait jusqu'à écrire que la Torture était tombée « dans l'abîme historique des éternelles disparitions ». 

Nous-même, qui n'avons jamais cru au mythe du Progrès humain, pensions dans notre jeunesse que sur ce point, du moins, il n'était pas un vain mot. Il était réservé à notre Âge de fer de donner à ces illusions le plus terrible des démentis. 

À quoi bon mentir ? 

Supprime-t-on un mal en le niant ? 

Il ne s'agit plus seulement de bourrades policières ni de pratiques brutales. 

Depuis les quelques secondes où le lecteur a ouvert ce livre, combien d'êtres humains on été liés aux sinistres instruments qui servent à « l'interrogatoire spécial » ?

La planète entière est devenue un bagne, et, ressortie de l'abîme, la Torture montre à nouveau aux hommes sa face hideuse. 

 

Et la dernière phrase de ce livre : « Puissent-ils conclure, avec ce livre, qu'il n'est point d'ordre humain construit sur l'avilissement de l'Homme, point de triomphe de classe sur les ruines du Spirituel, point de Justice bâtie sur le crime, fût-il policier»

 

Alice et la dame du lac, de Caroline Quine. Traduction d'Anne Joba pour La Bibliothèque verte, 1975 (éditions américaine 1972)

 

Chapitre Premier

Fâcheuse surprise !

« C'est beau !

- Qu'est-ce qui est beau ?
- C'est inquiétant !
- Qu'est-ce qui est inquiétant ?
- C'est amusant mais dangereux ! » termina Alice Roy avec un sourire moqueur à l'adresse de ses amies Bess Taylor et Marion Webb. 

Grande et mince, l'allure sportive, Marion prit la parole.

« Tu oublies certainement d'ajouter que c'est hanté. Mais qu'est-ce qui l'est et où est-ce ? »

- L'endroit où nous allons, répondit Alice. Car vous êtes cordialement invitées à vous joindre à moi. Vous acceptez, n'est-ce pas ? »

Devant la mine déconfite de ses amies, Alice eut pitié d'elles.

« Allons, ne faites pas cette tête ! Je vais tout vous expliquer. Tante Cécile a loué une maison pour les vacances : le chalet de la Baie du Miroir ». 

Dernière phrase du livre : « Il lui rappellerait aussi la charmante Dame du Lac ». 

 

Aziyadé, de Pierre Loti. Collection Pourpre, 1946 (édition originale 1879)

 

I Salonique

16 mai 1876

… Une belle journée de mai, un beau soleil, un ciel pur... Quand les canots étrangers arrivèrent, les bourreaux, sur les quais, mettaient la dernière main à leur œuvre : six pendus exécutaient en présence de la foule l'horrible contorsion finale... Les fenêtres, les toits étaient encombrés de spectateurs ; sur un balcon voisin, les autorités turques souriaient à ce spectacle familier. 

Le gouvernement du sultan avait fait peu de frais pour l'appareil du supplice ; les potences étaient si basses que les pieds nus des condamnés touchaient la terre. Leurs ongles crispés grinçaient sur le sable. 

 

Dernière phrase d'Aziyadé : « Il a été inhumé parmi les braves défenseurs de l'Islam (que Mahomet protège!), aux pieds du Kizil-Tépé, dans les plaines de Karadjémir. »

 

mercredi, 01 janvier 2014

Tous mes amis riaient

1984.Paris.édith379.jpg

 

Après les préparatifs :

L'eau du bain coule, un étonnement s'élève dans la pièce, très celtique, après le moelleux repos que je m'étais accordé, et je ne sais plus qui je suis, ni où je vais, si je suis là pour quelque chose et si j'arriverai à mourir debout (quelle que soit ma position physique...), heureuse du Grand Départ, heureuse de ce qui fut accompli, en paix. Pour cela il faut d'abord, peut-être, vivre en paix... Guillerettes filles d'Erin, vous dansez ? Je croyais qu'il fallait pleurer – ou rêver ! Pourriez-vous m'entraîner dans votre danse ? Entraînez-moi ! Entraînez-moi ! Je veux vous suivre et rire et m'oublier dans le tournis des fest noz ressuscités ! 

Après la fête :

Il ne reste que la contemplation du monde après la fête, la nostalgie du soir en suspension, de la nuit en impulsion. Je t'aime, nuit parisienne qui est là, tout près, dehors, et que la lumière de ma lampe dissimule. Mais j'éteins cette lampe. La nuit s'avance, la nuit s'annonce, la nuit d'automne à laquelle le Sanctuaire de ma mémoire va comme un gant. Il est neuf heures et des poussières. La nuit est un sanctuaire. L'automne est une prière. La mort est une lumière. Pour qui sait voir... L'espace d'un instant... Toute la poussière du réel... Toute la lumière du néant. Toute la rêverie du monde. Toute la musique des sphères. Tout la peinture des yeux. Toute la douceur des mains. Toute la solitude des corps. Toute l'atmosphère du soir. Toute la promesse de l'aube.

 

Oui, toute la promesse de l'aube. Et quelques phrases d'un roman de mon adolescence me reviennent. Il se terminait sur une plage de Big Sur, par ces mots : « J'ai vécu ». Mais chacun a vécu et tout le monde disparaît, très cher Romain Gary.

 

 

vendredi, 27 décembre 2013

Cinéma qui es-tu ?

1426409474.jpg

Voir le film d'Yves Robert, la Guerre des boutons, réalisé dans les années 60 d'après le roman de Louis Pergaud, magnifique, aux cadrages inventifs et charmants, aux trouvailles esthétiques et expressives incessantes, et voir ensuite ses adaptations datant des années 90 de la trilogie de Marcel Pagnol, La gloire de mon père, Le château de ma mère et Le temps des secrets, conduit à ne pas croire qu'il est l'auteur de ces films, en tout cas l'auteur le plus important. Car La guerre des boutons est un chef d'oeuvre ; la trilogie Pagnol, de sympathiques petits films académiques. Comment le même homme pourrait avoir réalisé ces films à la puissance si différente ? La même question se pose pour Alain Resnais : est-il possible qu'un même homme bouleverse le cinéma avec le somptueux film L'année dernière à Marienbad, et réalise ensuite des gentilleries fades telles que On connaît la chanson ? Un artiste ne pourrait pas se le permettre, il en serait incapable. Le gouffre qui sépare l'oeuvre enivrante, profonde et inventive du film distrayant sans idée de sens ni de forme est tel qu'il est impossible que le même homme les ait pensés et voulus. Je conclus donc que nous ignorons le nom de l'auteur – des auteurs, peut-être – de films tels que La guerre des boutons et L'année dernière à Marienbad. Dans l'avenir, peut-être que des noms inconnus à nos oreilles paraîtront familiers aux cinéphiles : des noms de producteurs, de directeurs de la photographie, d'assistants-réalisateurs restés anonymes ou obscurs jusqu'alors, mais la somme de leurs films restera comme les joyaux du cinéma et le lien émergerai de lui-même entre ces films aux réalisateurs si différents. Nous avons coutume de penser que le réalisateur est le cinéaste, l'artiste. C'est parfois, c'est souvent faux. Des noms émergeront. 

Katharina Flunch-Barrows

mardi, 24 décembre 2013

Demain, Paris

SAM_3441.JPG

Quand je traverse le treizième arrondissement de Paris, j'imagine toujours qu'un jour, ces tours construites sans amour, sans esthétique, sans grandeur d'âme, ne seront qu'un souvenir du temps où l'on entassait les gens à l'intérieur de tubes et de carrés de béton, de métal et de plastic. Nous marcherons au milieu des jardins, des cours d'eaux, des potagers, des lacs, des petits salons urbains, au printemps, à l'été et à l'automne, tentant vainement de décrire aux enfants qui nous entourent qu'à l'endroit de ce paradis il y eut un temps l'enfer urbanistique des années 1950-2020. L'hiver, sous les verrières, dans les salons d'hiver, nous contemplerons les serres et les œuvres éphémères créées par la trace de la pluie et par la neige.

Paris sera beau.

lundi, 23 décembre 2013

Du Victimat

 victimat, statut de victime

Une des plus grandes souffrances réside dans l'exclusion sociale. Or, cette exclusion étant pratiquée par l'ensemble de la société, elle est justifiée par cette société et n’apparaît pas comme une exclusion mais comme une justice.

Autrement dit ce n'est pas en tant qu'injustice qu'une injustice fait souffrir mais en tant que justice officielle.

Les victimes réelles d'une société ne peuvent être reconnues comme telles, sinon elles ne le seraient pas (victimes).
Les injustices, inégalités, ne peuvent être perçues comme telles par une société donnée. Elles ne sont perçues qu'à partir du moment où elles ne sont plus la norme, autrement dit a posteriori, quand l'analyse critique a gagné une bonne partie des couches sociétales.

Si donc une société, par le biais de ses politiques sociales, culturelles, médiatiques, offre un soutien quel qu'il soit, même critiquable, à des « victimes », on peut être sûr qu'il ne s'agit pas des principales victimes de cette société. Celles-ci sont cachées derrière le statut de coupables, ou leur existence n'est pas reconnue.

Se plaindre (d'une enfance pauvre, d'une couleur de peau, d'un sexe maltraité) c'est savoir qu'on a les moyens de dominer un jour ou l'autre, c'est donc être sorti de l'exclusion profonde. Celui qui souffre au plus profond sait que sa plainte ne recueillera que le rire, l'indignation ou l'indifférence.

 

Toi

Mon amour.jpg

Je ne sais pas qui tu es, toi, l'un des visiteurs d'AlmaSoror, toi qui par tes clics participes à cette statistique actuelle de 450 à 700 visites par jour sur ce blog qui te ressembles peut-être.

Tu ne commentes jamais, ou presque jamais, les billets que tu lis certainement.

Tu viens ; tu reviens.

Aussi est-ce un peu pour toi que je me lève le matin.

Quand l'architecture bancale de mon moral s'effrite, quand l'édifice incertain de mon mental s'effondre, il reste toi dont la trace sur mon tableau de bord participe à la régularité des battements de mon cœur.

Sur le conseil de certains, j'ai tenté, quelque temps, d'ajouter un moyen de paiement paypal dans la colonne de gauche, mais ce bouton me gênait. Parce que j'étais contente d'avoir créé un lieu aussi gratuit, intemporel et étrange que le monde dans lequel je voudrais vivre. Aussi l'ai-je ôté.

Je pense que je t'aime. Je ne suis pas sûre que nous nous aimerions si nous nous rencontrions dans un endroit dit réel. Pourtant il faut bien que l'on s'aime pour que je t'écrive et que tu viennes visiter les terres poussiéreuses d'AlmaSoror (d'une poussière blanche et lumineuse, intangible).

En quelque sorte, je voulais te dire Merci.

 

Edith d'AlmaSoror

dimanche, 22 décembre 2013

Appel à textes/photographies

53.jpg

Visiteurs d'AlmaSoror,

voudrez-vous participer à l'Âme-Soeur, le temps d'un billet ? Le temps d'écrire, dessiner ou photographier quelque chose qui aurait pour titre :

 

À Saintes, dans cette chambre qui donne sur la rue Bourignon...

 

La date butoir pour envoyer votre contribution à AlmaSoror (almasoror.plateforme AT  gmail.com) est le 31 décembre 2013.

Les contributions seront publiées au compte-gouttes, chaque semaine.

vendredi, 20 décembre 2013

Monde parallèle et réalité officielle

52.jpg

J'entends souvent accuser des gens d'être des "journalistes autoproclamés", comme si, pour dénicher, diffuser l'info à ses concitoyens, il fallait un agrément de l’État ou d'une école privée.

C'est le Centre National du Cinéma, institution publique, qui décide qui a le droit à la carte de producteur et quels films, français et étrangers, pourront sortir dans les salles de cinéma de France. Autrement dit, si l'on veut s'intéresser au cinéma libre, il est inutile de se rendre dans les salles de cinéma, ou de voir des films sortis officiellement, quel que soit le nombre de fois où les mots "résistant, audacieux, rebelle" sont prononcés à leur propos.

Hors subventions, directes ou indirectes, se trouve l'art parallèle, non officiel. De l'avis de beaucoup, il vaut moins, puisque ne bénéficie d'aucune reconnaissance des administrations, des institutions, des associations professionnelles.

Ce qui distingue l'officiel (le proclamé) de l'autoproclamé, ce n'est pas le propos, c'est le statut.

Or, ce statut n'est pas anodin. Ce statut donne à la personne - artiste, journaliste ou kwakseswa d'autre -, une chambre au Grand Hôtel de la Réalité Officielle. Le manque de statut force la personne à zoner parmi les rues sauvages du monde tel qu'il est.

Le statut influence les conditions de production de l’œuvre, les conditions de réalisation d'un reportage. Autrement dit, le statut se ressent dans le résultat final.

Ne pas attendre le statut pour agir, ainsi avance l'artiste libre, ainsi cherche le reporteur indépendant ; ne pas exiger le statut pour aimer, ainsi furète l'esthète autonome ; ne pas se fier au statut pour croire ou ne pas croire, ainsi se renseigne le citoyen conscient.

jeudi, 19 décembre 2013

R.I.P.

39.jpg

Il n'y a aucune raison, aucune raison pour que je parte, aucune raison pour que je reste. Il y eut des soleils matinaux et des après-midi de pluie, ton regard éternel et ta silhouette qui vaquait. Désolation de savoir que nous nous sommes si peu compris. Il y eut l'attente, la terreur, les mots durs, l'âme chiffonnée et l'envie d'en finir - et puis toujours la carte bancaire qui autorisait une réconciliation au milieu des autres, au cœur de la ville, là où toutes les disputes commencent et s'achèvent. Il y eut les tentatives d'isolement, quinze jours à la campagne avec une voiture qui démarrait une fois sur deux. Tes bouteilles d'alcool dans le coffre et mon renoncement à te faire des réflexions. J'avais l'impression réelle de vivre, à certains moments, dans les rires comme dans les pleurs et dans les courses après les amis qui allaient et venaient. Il y eut surtout l'impression de sous-vivre, de ne pas vivre, de ne plus ressentir ni le manque, ni la nuit en impulsion. Je ne sais même plus comment nous nous sommes rencontrés, sans doute un jour sans soleil ni pluie où nous avons cru pouvoir croire à un éternel présent ?

Te voilà parti, fils du rock français et de la chanson américaine, amoureux de tout ce qui ne te remettait pas trop en question. Te voilà claqué, sans avoir été trop longtemps HS. Te voilà habillé de velours, dans ce linceul qui te sied mal. Te voilà perdu pour les sensations, pour les bars, pour les étonnements, pour les cris, pour les larmes et pour la stimulation intellectuelle. La bande passante de tes humeurs s'est stoppée net. Des images de toi, des photographies de nous  - ratées -, des dialogues amusants que nous eûmes surgissent du passé et se dressent en un panthéon dans mon esprit mortel, mais vivant.

Ta mort me touche, ta mort s'exprime tellement mieux que nous tous. Elle dit : "c'est fini" et elle ajoute "et c'est tout". Qu'importe les disputes psycho-sociales autour de ta dépouille et de cet accompagnement aux portes de l'Adieu... D'autres souffrent beaucoup plus que moi, d'autres ont tout perdu et n'emportent, de ces longues années à tes côtés, que l'image finale d'un mercredi matin où tout a basculé.

R.I.P. : ce pourrait être une marque de fringues, un groupe musical, un code clanique ; ce sont les initiales de Requiescat in pace.

Ce matin, j'écoutais Hyacinthe House en contemplant rien du tout qui passait par la fenêtre.

mardi, 17 décembre 2013

La maternité

la maternité, mathieu simonet

"Parfois, elle arrête le temps pour écouter, fervente, Can't get enough de Barry White, ou les Nocturnes de Chopin. Elle aurait voulu être un gros bonhomme noir américain originaire de la Nouvelle-Orléans, qui fume des cigares en faisant le piano-bar dans des boites new-yorkaises. C'est raté".

Témoignage 199

Sur l'un des blogs de Mathieu Simonet, La Maternité, les témoignages se succèdent et coexistent.

dimanche, 15 décembre 2013

Songe d'une brume gothique

 songe d'une nuit gothique.jpg

 Ils se sont pendus dans la maison où dormaient tranquillement leurs enfants. Ils ont sauté par la fenêtre un jour d'été (au déjeuner il y avait eu une crise de fou rire, puis de la musique pendant un bon café). Ils se sont jetés sous un train une semaine après l'annonce d'une bonne nouvelle. Ils ont avalé cent pilules dans une salle de bains éclairée aux néons. Ils ont décroché le fusil de chasse du vieux mur et l'ont tournés sur eux par une nuit étoilée. Il ont sauté du Pont-Neuf ou du pont du Gard, ils ont roulé à 280  kilomètres heures vers un platane.

Des gens les aimaient. Des enfants les attendaient. Des chiens les veillaient. Des parents les pleurent encore.

Ne cherche pas d'indices dans leur vie, dans leurs rapports avec les gens qui les entourent, dans leurs hauts et bas ; c'est leur âme qui appartient à la mort. Nul culpabilité ; mais un engrenage, un cercle infernal au sein duquel ils sont prisonniers, comme dans des sables mouvants.

Ne te fouette pas, ne t'ensevelis pas sous des seaux de culpabilité inadéquats. C'est leur âme qui appartient à la mort, comme la tienne appartient à la vie. Vos chemins se sont croisés sans que tu n'aies rien pu faire. Tu les as aimés tous les jours de ta vie sans que cela les retienne.

Ils étaient détestés, charmants, enviés, adorés, tolérés, beaux, laids, forts, fragiles, intelligents, médiocres, tendres, violents, fidèles, instables, rigides, détendus, amoureux, solitaires, fêtards, religieux, bon vivants, végétaliens, chasseurs, surfeurs, poètes, comptables, souriants, boudeurs. Vous vous ressembliez comme deux gouttes d'eau peut-être. Tu te demandes pourquoi tu te lèves encore lorsqu'ils ont quitté cette vie par effraction. C'est leur âme qui appartenait à la mort et qu'aucun contre-sortilège n'a su charmer.

 Edith

(Sur AlmaSoror : les yeux, les tombeaux, l'esclave)