Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 décembre 2019

Je descends l'escalier du temps - Poème de l'hiver 2020

20191225_161421.jpg

Je descends l'escalier du temps.
Les secondes s'éloignent pour céder place aux siècles.
Et les siècles des siècles deviennent millénaires.

Je descends l'escalier du Bien.
Mais des guerres demeurent, des charités s'effacent.
Le visage du Bien ne lui ressemble pas.

Je descends l'escalier de l'amour.
Ni anneaux de mariage, ni caresses sur des draps charnels.
Quelques silhouettes se soutiennent sur un chemin barré de pierres lourdes.

Je descends l'escalier du diable.
Il semble pensif.
Son cœur empli de bonnes intentions guide son geste et sa parole.

Je descends l'escalier de Dieu.
C'est un enfant qui pleure.
Il tend la main pour que je l'aide à vivre.

Je descends l'escalier de ma vie.
La dernière marche prendra mon dernier souffle :
ma naissance.

 

C'était le poème de l'hiver 2020. Il s'intitule Je descends l'escalier du temps.

Tu disais des poèmes aux quatre saisons. Tu n'es plus. Il faut bien que quelqu'un te succède à cette valse de mots.

voici, Le vieux majordome, le poème de l'hiver 2017 ;
voici Fazil, le poème du printemps 2017 ; 
voici Dans la chambrée, le poème de l'été 2017 ; 
voici Silentium, le poème de l'automne 2017, ; 
voici Héroïne, le poème de l'hiver 2018 ; 
voici Tbilissi, le poème du printemps 2018 ; 
voici Portrait d'été, le poème de l'été 2018
voici Pluie d'étoiles, le poème de l'automne 2018 ;
voici Spectre, le poème de l'hiver 2019 ;
voici Les champs de persil, poème du printemps 2019
;
voici Antigua, poème de l'été 2019,
Voici Humus, poème de l'automne 2019.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.