Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 31 mai 2013

Fragments d'un discours suicidaire

In memoriam Erika

Elle s'endort chaque soir dans un espoir réchauffé au vin, au développement personnel et flouté par la fatigue.

Elle s'éveille tous les matins avec l'idée plus nette, plus calme que la veille, du suicide.

Elle sonde son incapacité à travailler, à gagner sa vie, à vivre d'une manière autonome et l'âge fatidique qui approche a des airs de guillotine.

L'irrésolution de son art, l'échec de la transmission sont deux griffes qui pincent son coeur de façon toujours plus aigüe.

Le souci de santé qui la hante, heure après heure, jour et nuit, l'entraîne dans des affres de peur, de malêtre et de honte qui rongent sa vitalité comme la rouille érode le métal.

La bancalité des rapports sensuels, les amitiés disloquées ou insatisfaisantes, la dépendance infantile vis-à-vis de ses proches baignent une vie qui ressemble de moins en moins au rêve de l'enfant.

L'horizon semble barré par le rétrécissement de l'espoir personnel, professionnel et social.

Extérieurement, elle fait la fête. Intérieurement, elle implose sous la pression de la défaite.

Le mensonge enrobe tout ce qu'elle touche. Elle ne se ment pas (trop) à elle même, elle ment aux autres, et quand elle ne ment pas, elle sombre. Là où il y a mensonge, il y a possibilité de faire semblant de vivre. Là où il y a vérité, monte le désespoir.

IMAG1899.jpg

("Déjà je ne puis plus offrir
Une seule parcelle des trésors de mon âme.
Qui en voudrait ?")

Commentaires

Qui en voudrait ?
Moi.
Une seule parcelle des trésors de ton âme ?
Oui.

Écrit par : Tieri | vendredi, 31 mai 2013

Je te l'offre tout de suite.

Écrit par : Edith | vendredi, 31 mai 2013

Inestimable offrande.

Écrit par : Tieri | mardi, 04 juin 2013

"Il est vrai que je n’avais pas beaucoup d’ambition, mais il devrait y avoir un lieu pour les gens sans ambition, je veux dire un meilleur endroit que celui qui leur est habituellement réservé.
Comment un homme pourrait aimer être réveillé à 6:30 par un réveil, sauter hors du lit, s’habiller, se gaver, chier, pisser, se brosser les dents et les cheveux, et se taper le trafic pour se rendre à un endroit où l’essentiel est de faire beaucoup d’argent pour quelqu’un d’autre, et de lui demander d’être reconnaissant de l’opportunité de le faire? "

Charles Bukowski- 1975

Écrit par : Cécile L | lundi, 10 juin 2013

Les commentaires sont fermés.