Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 24 mai 2014

Dolores, Terrae incognitae

Je t'ai reconnue hier soir au premier coup d'oeil, la douleur. Tu prenais toute la place sur son visage. En regardant cet homme qui ne me ressemble pas, je voyais ma figure des jours mauvais.
Et je te contemplais, stupéfiée, saisissant à quel point nous ne te comprenons pas. Nous te portons, la douleur, et tu pèses lourd, mais c'est un fardeau sans paroles, c'est un fardeau sans frontières.

Tout ce que le corps visible ou connu souffre est nommé ou pourrait l'être. Un bras blessé, un colon irrité, la souffrance est physique, dit-on.
L'autre souffrance, comment l'appelle-t-on ? La souffrance morale ?
Pourtant, existe-t-il une pensée humaine, qui ait lieu ex nihilo, hors de la matière ? Existe-t-il une seule émotion qui soit vécue hors de la chair ?

Le pas d'un pied, le geste d'une main, l'élan "du coeur" ou l'idée "dans la tête" sont des phénomènes physiques. Ils n'ont pas lieu dans un monde désincarné, vide, mais ils sont fabriqués par des mouvements de matière.
Cela nous le savons.

Les mouvements imperceptibles du monde n'existent pas moins que les mouvements perceptibles.
Cela nous nous en doutons à peine.

L'homme, encore au seuil timide de la connaissance, ne s'est pas débarrassé de cette naïve habitude de ne pas croire à l'existence de ce qu'il ne voit pas. Aussi nomme-t-il "souffrance morale" une douleur dont il ne perçoit ni l'origine locale, ni les conséquences exactes.

Comme si le moral était une zone hors la chair, où la matière n'est plus...

L'homme, du côté obscur de la porte entrouverte de la connaissance, croit encore à l'existence d'un monde éthéré où auraient lieu les événements affectifs, émotifs, intellectuels de sa vie. Il ignore presque tout des phénomènes de son cerveau, et s'il ne croit plus en Dieu, il croit tout de même que sa vie affective, émotive, intellectuelle, est régie en dehors de tout processus physique.

Il nous faudra beaucoup de temps pour comprendre qu'un sentiment, qu'une émotion, qu'un choix, a lieu dans le corps. Ce sont des gestes, comme ceux que nous faisons avec nos mains et nos pieds, avec notre visage. Ce sont des gestes que nous faisons dans des zones de notre corps que nous ne connaissons pas, dont nous ignorons le mode d'action et de réaction.

Quand nous comprendrons ces gestes infimes, nous mettrons des mots justes sur nos souffrances aujourd'hui qualifiées de "morales". Nous comprendrons pourquoi nous pleurons, pourquoi nous nous jetons par la fenêtre, nous comprendrons comment nous ressentons.

Hier, te voyant assise, énorme et implacable, sur le visage ravagé d'un homme à la tombée du jour, j'ai compris, la douleur, que tu n'étais qu'une blessure de la chair, une plaie, comme une autre.

Et je t'ai regardée.

notre dame de lorette

La douleur renversée. Notre-Dame de Lorette, 75009

 

mardi, 20 novembre 2012

Peine de cœur

 IMAG5613.jpg
 Papa habite dans une très grande maison loin derrière la ville, avec d’autres papas. IMAG5624.jpg
 Comme nous, ils mangent à la cantine,

ils se disputent dans la cour de récréation. IMAG5595.jpg
 Comme nous, ils n’aiment pas obéir, ils ont peur du noir. IMAG5611.jpg
 Comme nous, ils rêvent de jouer à quelque chose.
IMAG2784.jpg
 Papa apprend à fabriquer des boites dans un atelier.

Son maître est gentil.
IMAG4057.jpg
 Il apprend à écrire dans un autre atelier. Sa maîtresse est nulle.
IMAG4045.jpg
 Comme moi, il voudrait voler dans le ciel avec les oiseaux.
13 8.jpg
 Comme moi, il voudrait dormir dans le lit de maman.
chez Marie.jpg
 Comme moi, il rêve de partir quelque part.
Fils sablais.jpg
 Papa s’ennuie dans la très grande maison loin derrière la ville.
voter le dimanche.jpg
 Il s’ennuie du matin au soir au milieu du fer, des clous, des portes.
du train.jpg
 Le jour, son cœur est fermé.

La nuit, il entend son cœur frapper comme un tambour.
Lanterne 2.jpg
 Comme moi, il ferme les yeux pour se souvenir de notre porte d’entrée.
Rue de Babylone.jpg
 Comme moi, il sent des larmes quand il imagine notre princesse avec sa robe bleue, avec son sourire rouge.
taches de lumières.jpg
 Comme moi, il attend de rentrer à la maison.
Dîner pour trois.jpg
 Papa a pris quatre ans, dont deux avec sursis.
IMAG2234.jpg
 
Edith de CL