Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 août 2014

Naissance d'un chef égyptien

 

Benoist-Méchin, dans son ouvrage intitulé Le roi Saud ou l'Orient à l'heure des relèves, évoque la jeunesse de l'homme d’État Nasser (Alexandrie, 1918 - Le Caire, 1970).

Voici la lettre que Nasser écrivit, âgé de dix-sept ans, à son camarade de classe :

 

Mon cher Ali,

 

J'ai téléphoné à ton père, le 30 août pour lui demander de tes nouvelles. Il m'a appris que tu étais à l'école. Je t'écris donc ce que je voulais te dire de vive voix.

Dieu a dit : « il faut se préparer et rassembler contre eux toutes nos forces ».

Où est cette force que nous avons préparé contre eux ?

Aujourd'hui, la situation est critique et l’Égypte est dans une impasse. Il me semble que le pays agonise. Le désespoir est grand. Qui peut le dissiper ?

Le gouvernement de l’Égypte est basé sur la corruption. Qui peut le changer ? La Constitution est suspendue. Le protectorat va être proclamé. Qui peut dire à l'impérialisme : arrête-toi là ?

Où est le nationalisme brûlant de 1919 ? Où sont les hommes prêts à se sacrifier pour la terre sacrée de la patrie ? Où est celui qui peut recréer le pays, pour que l’Égyptien faible et humilié puisse se relever, vivre libre et indépendant ?

Où est la dignité ? Où est le nationalisme ? Où, cette chose que l'on appelle l'activité de la jeunesse ? Tout cela a disparu et la nation s'endort comme les gens de la caverne. Qui peut les réveiller, ces misérables qui n'ont pas la moindre connaissance de leur état ?

Mustapha Kamel [avant-gardiste du nationalisme égyptien, homonyme du chef d'Etat turc Mustapha Kémal] a dit : « Ce n'est pas une vie que de vivre dans le désespoir ». Actuellement, nous sommes en plein désespoir...

On dit que l’Égyptien est lâche, qu'il craint le moindre bruit. Il faut un leader qui le conduise à la lutte. Et ainsi, cet Égyptien deviendra un tonnerre qui fera trembler les édifices de la persécution.

Mustapha Kamel a dit : « Si mon cœur se déplace de gauche à droite, si les Pyramides bougent, si le Nil change de cours, moi je ne changerai pas de principe ».

Tout ce qui s'est passé jusqu'ici n'est qu'une longue introduction à un travail plus important et plus grand... »

 

Quelques années plus tard, Nasser fête ses vingt ans...

 

« Tel est le jeune homme que ses camarades écoutent parler, avec un mélange d'étonnement et de respect, au cours des longues veillées qui les rassemblent autour d'un feu de camp. Malgré son jeune âge, ce n'est pas un novice. Il a accumulé des connaissances, et dispose d'une expérience politique bien supérieure à celles d'un garçon de vingt ans. Ses camarades sont tout disposés à s'engager dans la voie qu'il leur trace. Mais, pour commencer, leur réaction est purement émotionnelle.

- Ce n'est pas avec des sentiments que l'on fait une révolution ! leur dit Gamal Abdel Nasser, c'est avec l'instrument approprié aux fins que l'on veut atteindre. J'ai bien réfléchi à la question. Etant donné la situation particulière de notre pays, cet instrument ne peut être qu'un organisme militaire, de caractère clandestin, un Comité secret dont tous les membres doivent être initiés à la technique insurrectionnelle.

Le 15 janvier 1939, les amis de Gamal décident de fêter son anniversaire dans la montagne du Djebel-El-Chérif. Il y a là Ahmed Hafiz Mazhar, Anwar el Sadat, d'autres encore. « Sur la table, écrit ce dernier [dans son ouvrage Révolte sur le Nil], se trouvait un grand plat de lentilles que nous avions fait cuire nous-mêmes. Pour donner plus d'éclat à la cérémonie, nous avions apporté des châtaignes d'Assiout. Pendant que nous plaisantions, Gamal, d'une voix calme, nous adressa ce discours :

- Saisissons cette occasion pour créer quelque chose de solide. Que ceci soit une réunion historique ! Restons toujours fidèles à l'amitié qui nous unit. Grâce à cette union, nous triompherons de tous les obstacles ! »

Les jeunes officiers sont saisis par la gravité extraordinaire avec laquelle leur camarade vient de prononcer ces paroles. Ils acquiescent. Autour du feu de camp, ils prêtent, l'un après l'autre, serment de fidélité à Nasser. Ils jurent de combattre à ses côtés, jusqu'à la libération de l’Égypte.

Ainsi est scellé, en une nuit d'hiver de 1939, le pacte de Mankabad.

Ainsi naît également, le premier embryon du « Comité des Officiers libres » qui, quinze ans plus tard, gouvernera le pays. »

.

(Extrait tiré de : Le roi Saud ou l'Orient à l'heure des relèves, de Jacques Benoist-Méchin, 1960)

 

Encore un peu de Nasser sur AlmaSoror :

Extrait de La philosophie de la Révolution, opuscule publié par Nasser en 1953

Gamal abdel Nasser en 1953 : le charme et la liberté

 

samedi, 24 décembre 2011

épuration

Jacques Benoist-Méchin, dans ses mémoires, raconte sa condamnation à mort.

Pavillon Noir.jpg


"... Par ces motifs,

Condamne Benoist-Méchin à la peine de mort, le condamne à la dégradation nationale à vie, le condamne à tous les dépens,

Ordonne que le présent arrêt sera exécuté à la diligence de M. le procureur général,

Fait et prononcé au palais de Versailles, salle des Congrès, le 6 juin 1947, à 18h30.

Selon les dires d'un témoin (J-B Derosne, dans le journal l'Epoque, du 7 juin 1947), je n'ai pas bronché durant la lecture de l'arrêt. Comment pourrait-il en être autrement puisque d'être condamné à mort me laisse indifférent ? Mais je sens monter en moi une grande vague de commisération.
Au terme des débats, le président m'a demandé "si j'avais quelque chose à ajouter pour ma défense". J'ai répondu par la négative, sachant que ma cause était jugée d'avance et qu'aucune de mes paroles ne parviendrait à combler l'abîme qui me sépare de mes accusateurs. Ceux-ci ont voulu me retrancher du monde ; mais moi, de par ma propre volonté, je me suis déjà retranché d'eux.
Pourtant, je n'en ai pas encore fini avec le public qui a suivi pendant bientôt huit jours les audiences de mon procès. Je ne peux lui laisser croire que j'accepte les termes de l'arrêt. Je me tourne vers la salle et m'écrie en guise de protestation :

- Tout cela n'est qu'un tissu de mensonges ! C'est comme s'il n'y avait pas eu de procès...

Je n'ai pas eu besoin de réfléchir pour trouver ces mots. Ils ont jailli spontanément de ma poitrine. En les proférant, j'ai tendu les bras vers l'assistance en geste d'adieu. Et voilà que l'assistance me répond en me tendant les siens. Dans les tribunes, des femmes pleurent ; des hommes me saluent d'un geste de la main ; d'autres applaudissent. Des cris fusent de toutes parts. Dans la loge réservée au président de l'Assemblée nationale, une jeune femme très belle, que je ne connais pas, se dresse et prononce avec indignation des mots dont le sens m'échappe car ils sont recouverts par le brouhaha général (c'est seulement beaucoup plus tard que j'apprendrai qu'elle s'appelle Anne de La Houssaye). Le tumulte augmente. Les jurés qui se dirigeaient vers la sortie se retournent et pâlissent. Le président Noguères s'écrie d'une voix dramatique : "Gardes ! Faites évacuer la salle !" Je ne vois pas la fin de la scène, car un lieutenant de la gendarmerie me reconduit, encadré de deux gendarmes, au petit salon qui m'est réservé.
Tandis que je m'éloigne de la salle des congrès, un vers que j'avais oublié remonte à ma mémoire :

Ô vous dont la barque est petite, retournez
à vos rivages...

C'est celui par lequel Dante a voulu signifier leur congé aux détracteurs de la Divine Comédie. Je n'en connais point qui reflète un dédain plus hautain. C'est à peu près ce que je ressens, en cet instant où, tournant le dos à mes juges que je ne reverrai jamais et laissant derrière moi un monde qui ne m'est plus rien, je m'engage dans un voyage sans retour sur une mer sans rivages. Comme si un fardeau pesant était tombé de mes épaules, tout me paraît soudain plus léger et plus lumineux.

Cependant mon attente se prolonge dans le salon où je suis enfermé avec le lieutenant de gendarmerie et un de ses hommes. A travers la porte j'entends des clameurs, des ordres brefs, un bruit de pas précipités. Soudain un de ses battants s'ouvre pour laisser pénétrer mon avocat, le bâtonnier Marcel Héraud. Bien que son visage reste impassible, je sens qu'il est plus ému qu'il ne veut le laisser paraître. Jamais je n'oserai lui avouer que je n'ai pas entendu sa plaidoirie, ni celle de Maître Aujol. Pas plus, d'ailleurs, que le réquisitoire de monsieur Frette-Damicourt, car ayant achevé de répondre aux questions des magistrats, je me suis senti enveloppé par une nuée si profonde qu'elle m'a rendu quasi insensible à ce qui se passait autour de moi.

- Je viens d'effectuer une démarche auprès du président Noguères, me dit le bâtonnier. Je lui ai demandé d'autoriser votre mère à vous embrasser une dernière fois. Il s'y est refusé.

- Ah ? Bien...

(...)

- La foule, poursuit le bâtonnier, a voulu se masser dans la galerie pour vous saluer lorsque vous l'emprunterez pour aller à la sortie. Votre mère était au premier rang. Quelqu'un lui a apporté une chaise, de crainte que l'émotion... Vous comprenez... Son grand âge... Elle a refusé en disant : "Si mon fils passe devant moi en ce moment, je veux qu'il me voit debout !"

Chère maman ! C'est bien elle...

- Mais le président Noguères a fait évacuer la galerie. La manifestation de tout à l'heure l'a mis très en colère. Vous ne la verrez donc pas... (...)

Marcel Héraud se retire. J'entends de nouveau un bruit de voix. Et soudain éclate un tumulte indescrptible. Cette fois-ci, c'est à l'extérieur. Je marche vers la fenêtre et me penche sur l'appui pour voir ce qui se passe. Mon salon donne sur la rue des Réservoirs qui borde l'aile gauche du palais et rejoint la place d'Armes. Une foule d'au moins trois mille personnes s'est massée devant la grille d'entrée. Elle crie, elle hurle et secoue les barreaux de la grille comme si elle voulait les arracher. J'entends clamer en cadence : "Jurés, assassins ! Jurés, assassins !""

 

jacques benoist-méchin, Maître Aujol, Macel Héraud, président Noguères, Frette-Damicourt

Jacques Benoist-Méchin, in A l'épeuve du temps (1983)

 

La photo est tirée d'un site dédié à Benoist-Méchin par son fils adoptif Ifrène Benoist-Méchin

 

Il est intéressant de lire le dossier "L'Épuration, un dossier controversé", sur le site du Centre National de Documentation pédagogique (ce dossier concerne la Marne).

 

Et dans AlmaSoror, nous parlons de Jacques Benost-Méchin par ici :

Trois esthètes du XX° siècle : Romain Rolland, Jacques Benoist-Méchin, Raoul Vaneigem

Le style immense et plein de pensée de Jacques Benoist-Méchin

L'invasion de l'Europe, années 700

Le désillusionné