Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 septembre 2022

Egyszer véget ér, Péter Máté

Egyszer véget ér a lázas ifjúság,Egyszer elmúlnak a színes éjszakák,Egyszer véget ér az álom, egyszer véget ér a nyár,Ami elmúlt, soha nem jön vissza már.Egyszer véget ér a lázas ifjúság,Egyszer nélkülünk megy a vonat tovább,És az állomáson állunk, ahol integetni kell,De a búcsúra csak pár ember figyel.
Egyszer véget ér a lázas ifjúság,Egyszer elmúlnak a színes éjszakák,Sajnos véget ér az álom, sajnos véget ér a nyár,De a szívünk addig új csodára vár.
Ezért ne féljünk az újtól, mert az jót hozhat nekünk,Talán abban van az utolsó remény.Létünk ingoványra épült, mely a sötét mélybe húz,De ha akarjuk, még tűzhet ránk a fény!
Egyszer véget érnek múló napjaink,Egyszer elbúcsúznak túlzó vágyaink,Tudjuk azt, hogy egyszer végleg, sajnos végleg elmegyünk,De még addig mindent újra kezdhetünk!
Ezért ne féljünk az újtól, mert az jót hozhat nekünk,Talán abban van az utolsó remény.Létünk ingoványra épült, mely a sötét mélybe húz,De ha akarjuk, még tűzhet ránk a fény!
Egyszer véget érnek múló napjaink,Egyszer elbúcsúznak túlzó vágyaink,Tudjuk azt, hogy egyszer végleg, sajnos végleg elmegyünk,De még addig mindent újra kezdhetünk!
 

jeudi, 22 septembre 2022

Autodatation

Suite à une remarque, j'indique que pour suivre au jour le jour ou de temps en temps la longue route des Poèmes autodatés, il suffit de se rendre sur cette page, qu'on trouve facilement dans la colonne de gauche de ce blog, sous la rubrique Chantier.

vendredi, 16 septembre 2022

Magnificence...

mardi, 13 septembre 2022

Combat spirituel

"La possession démoniaque est aussi plus subtile que ce que le cinéma peut montrer. Il y a des tas de gens possédés qui vivent très bien. Le pouvoir du mal y est aussi grandement surestimé. Il faut se rappeler que le diable est un perdant, qu’il est faible. Mais il faut rester vigilant. Satan attend qu’une porte lui soit ouverte."

Intéressante entrevue par l'exorciste du diocèse de Paris

samedi, 10 septembre 2022

Homme d'une crise plutôt que d'un système

Un passage sur Casimir Périer, tiré du premier tome de L'histoire de la monarchie de juillet, de Paul Thureau-Dangin :

Homme d'une crise plutôt que d'un système, plus apte à l'action qu'à l'étude et à la méditation, d'une instruction incomplète, mais à laquelle il suppléait par un esprit rapide, pénétrant et sensé, il voulait raffermir l’État ébranlé, sans se piquer d'apporter aucune doctrine nouvelle ; il ne se préoccupait pas, comme M. Guizot, de rendre à la société des principes politiques qui pussent remplacer ceux qui avaient été détruits, et de reprendre en sous-œuvre la monarchie nouvelle, pour lui donner une base théorique qui ne fût plus seulement le fait révolutionnaire. Lui-même, il confessait sur ce point son incompétence, avec une modestie à laquelle se mêlait un certain dédain pour les « rêveurs » et les « chimériques ». Sa conception de l'ordre était évidemment un peu terre à terre et matérialiste ; le dégoût qu'il éprouvait pour l'anarchie était moins celui d'un philosophe que celui d'un homme d'affaires, et il se montrait plus soucieux d'assurer la paix de la rue, la sécurité du commerce, le fonctionnement régulier de la machine administrative, que de restaurer dans les âmes l'ordre moral si gravement troublé. Après tout, il répondait ainsi au besoin premier du moment, à celui du moins que ressentait le plus et que comprenait le mieux une bourgeoisie plus occupée d'intérêts que de principes, plus accessible à la peur qu'à la foi. N'y a-t-il pas une part de vérité dans cette boutade attribuée à M. Royer-Collard : « M. Casimir Périer eut un grand bonheur ; il vint au moment où ses défaits les plus saillants se transformèrent en précieuses qualités : il était ignorant et brutal ; ces deux vertus ont sauvé la France ». Entre ses mains, d'ailleurs, la politique empirique grandissait singulièrement. Ces qualités natives, qui ne cherchaient pas à se raisonner et à s'analyser, qui s'ignoraient même jusqu’au jour où elles apparurent dans l'action et se développèrent dans le péril, n'étaient-ce pas des dons rares entre tous, plus rares que l'instruction, que l'esprit, que la philosophie ? n'était-ce pas le génie du pouvoir et ce que le même Royer-Collard, sur la tombe de Périer, appellera magnifiquement »ces instincts merveilleux, qui sont comme la partie divine de l'art de gouverner » ?

Dès le début, pas un tâtonnement. Le nouveau président du conseil saisit la première occasion de définir son programme (discours du 18 mars 1831) : « Au dedans, l'ordre, sans sacrifice pour la liberté ; au dehors, la paix, sans qu'il en coûte rien à l'honneur ». Il annonce fièrement que son « ambition » est de rétablie « la confiance, sans laquelle rien n'est possible, avec laquelle tout est facile » : confiance dans citoyens dans le gouvernement, dans sa volonté et dans sa puissance de leur assurer « l'ordre loyal et le pouvoir dont la société a, avant tout, besoin » ; confiance de l'Europe dans la France et de la France dans l'Europe. Le mal, des deux côtés, vient de la révolution [de 1830] ; Périer ne peut, sans doute, la désavouer, mais il s'efforce, fût-ce un peu au dépens de la pure logique, de la restreinte et surtout de l'arrêter. Il « adjure tous les bons citoyens de ne pas s'abandonner eux-me^mes », en leur promettant que « le gouvernement ne les abandonnera pas et n'hésitera jamais à se mettre à leur tête ». Il s'engage à résister à la double prétention révolutionnaire et belliqueuse des partis avancés : « L’exigence bruyante des factions, dit-il, ne saurait dicter nos déterminations : nous ne reconnaissons pas plus aux émeutes le droit de nous forcer à la guerre que le droit de nous pousser dans la voie des innovations politiques. »

Paul Thureau-Dangin, IN L'histoire de la monarchie de juillet, premier tome, 1884

vendredi, 09 septembre 2022

La folie des sanctions

"Au nom d’un idéal politique, ils appellent au sacrifice des populations, sans se soucier le moins du monde de leur avis. Mais ils ne voient pas qu’au-delà des sacrifices, c'est l'édifice européen et la viabilité de l'euro qui sont désormais en question."

jeudi, 08 septembre 2022

à l’écart des bruits du monde

"Ceci dit, on aura garde d’oublier que durant tout ce temps, cette période d’un siècle et plus, ces mêmes mathématiques ont constamment vécu de leur vie propre, souvent heureuse et féconde, largement à l’écart des bruits du monde quoique promues parfois malgré elles bannières d’entreprises intellectuelles dont elles ignoraient tout ou presque et qui le leur rendaient bien."

Pierre Lochak, dans l'intro à Mathématique et finitude

 

Pierre Lochak sur les terres d'AlmaSoror

mercredi, 07 septembre 2022

Paroles d'une carmélite d'aujourd'hui

« Les carmélites, ce sont des femmes qui prient pour ceux qui ne prient pas. » Par cette petite phrase entendue au seuil de l’âge adulte, le Seigneur me montrait toute la fécondité d’une vie menée dans le silence, uniquement pour Dieu ; j’avais la confirmation d’une autre intuition déjà entrevue : que ce sont les ermites qui portent le monde, dans l’humilité de leur vie cachée.

mardi, 06 septembre 2022

Vous qui passez par le chemin...

lundi, 05 septembre 2022

De l'élégance au temps du pantacourt

Que serait l'élégance en nos temps débraillés ? Une tenue toujours plus habillés que le commun des gens, sur la plage, dans la rue, partout où, à notre époque, l'on va débraillé. Et une tenue toujours plus simple et humble – quoi que parfaitement décente - dans les lieux où l'on se retrouve très habillés – mariage, cocktail, ou autre « occasion ». Ainsi, diminuer la distance entre les jours bien habillés et les jours banals, sans l'effacer tout de fois ; mais que la distinction des jours banals inspire autrui vers l'élévation, que la simplicité des grands jours rassure ceux qui ne se sentent pas sûrs d'eux.

dimanche, 04 septembre 2022

Un dimanche, deux souhaits

J'aurais voulu assister au jeu de Scriabine sur le piano des Tolstoï à Iasnaïa Poliana.

Et j'aurais voulu être pourvue d'un moteur pour démarrer chaque jour le jour avec une énergie neuve et féconde.

vendredi, 02 septembre 2022

Ascèse

Ce qui me rend le plus heureuse, c'est le plaisir de me conformer à une ascèse libre et décidée, qui sert l'amélioration de mon être. Elle est humble - quelques actions quotidiennes - mais déjà exigeante pour moi. De grands plaisirs viennent d'une ascèse réussie mais ils sont difficiles à partager. L'ascèse solitaire, source de grandes joies indicibles.