Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 06 août 2018

Vaincus en apparence

Qui chantera la litanie des meurtres dont les hommes politiques ne parlent pas ? Qui criera sa colère quand les médias font preuve, soudain, d'une retenue inhabituelle ? Les sites internet très méchants, peut-être. Ou les rockeurs infréquentables. Je croise, deux ou trois fois par semaine, des jeunes gens assez polis, assez étranges.

 Je les ai repérés depuis que je suis arrivée dans cette ville, ces jeunes en bande, tatoués, aux cheveux courts, avec des blousons l'hiver et des chemises à manches courtes l'été. Quelquefois, une ou deux filles les accompagnent (la caissière du Carrefour Market, l'apprentie coiffeuse de l'avenue Blonde).

Ils écoutent Vae Victis et Burzum. Ils mangent des raclettes à l'arrière d'une camionnette, sur le parking des Pins. Méfiance ou tendresse, c'est selon, voilà ce qu'ils inspirent aux passantes, aux passants. Jamais de jalousie, malgré un certain honneur, une certaine beauté.

 

Écrire un commentaire