Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 septembre 2010

Noire est la nuit dépsychisée

 

Trouville sur le quai .jpg

 

(Un billet d'Esther)

 

Noire est la nuit. Je m’enfonce dans l’imaginaire, loin des psychoflics, de l’armée grise des fonctionnaires de la société mentale : professeurs, médecins de la tête et du cœur, juges, penseurs agréés par des diplômes. Leur psychoflicage ne passe pas la frontière du rêve. Qu’il est bon de désexister, et de commencer, enfin, à vivre !

 

Je sais que les nuages descendent à pas mousseux nous chuchoter des limbes de ciel et des crachats de pluie. Je vivais dans une acropole ; je l’ai perdue. Alors, de ma fenêtre et le long de la nuit, je l’attends.

Je pense qu’elle passe parfois au-dessus des hautes tours de fer, l’acropole des enfances emprisonnées, la ville de verre aux cœurs meurtris, et je sais qu’en son sein les animaux et les enfants suçotent leurs rêves, paisibles et soulagés.

 

Ne donnez pas trop vite leurs nécropoles aux choses que vous croyez oubliées. Car les nuits sont longues, et les pensées vagabondes.

 

Esther Mar, in Chant de poussière

 

 

Commentaires

Tellement de plaisir à retrouver la folie d'Alma Soror.

Écrit par : Tieri | mercredi, 15 septembre 2010

Je la trouve plutôt bleue, moi, la nuit dépsychisée.

Écrit par : Zodiaque Freelance | mercredi, 22 septembre 2010

Merci à vous Tieri et Zodiaque pour ces commentaires ; merci avec trois ans de retard.

Écrit par : Edith | samedi, 27 avril 2013

Les commentaires sont fermés.